L’Iran s’ouvre au football féminin

Par

Elles ne se sont pas qualifiées pour participer à la Coupe du monde qui se déroule en ce moment en France. Mais en Iran aussi, les femmes jouent au football et arrivent à faire bouger les lignes de la société. Ainsi, les hommes sont depuis cette année autorisés à entrer dans un stade où jouent les femmes. Mais les sanctions économiques décidées l’an passé par les États-Unis fragilisent aussi les clubs. La photographe Isabelle Eshraghi suit l’équipe féminine de Sepahan depuis 2017.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. bloc-1-sepahanwomen-veille-de-match
    En Iran, le Championnat de ligue de football féminin bat son plein, douze équipes des quatre coins du pays s'affrontent durant ce mois de juin. Lorsqu’en 2017, j’ai rencontré les filles de Sepahan Women à Ispahan, elles démarraient la saison avec une semaine de retard, car elles avaient peiné à trouver un nouveau sponsor.
    L’équipe avait vu le jour sous le nom Ayandezanan (l’avenir des femmes) et sous la bannière de Motorsel, une marque d’huile de moteur.

    Aujourd’hui, Sepahan Women est bien plus qu’un nom. Son propriétaire est un industriel de l’acier possédant depuis longtemps l’équipe masculine de Sepahan, qui évolue en première division et a remporté à plusieurs reprises le championnat d’Iran.

    Dans le classement national, les filles, elles, sont en troisième position, et c’est l’équipe de Bam, ville du sud de l’Iran, qui est en tête.

Voir tous les portfolios