L’irréductible chef de gare d’Assier

12 photos

Depuis plus de vingt ans, au sein de l’Association d'usagers pour la défense de la gare d’Assier et la promotion du rail, Jacques Montal, l’ancien chef de gare, à la retraite depuis septembre dernier, est le porte-drapeau du combat pour le maintien de la desserte de ce village de 700 habitants. D'ailleurs, il n'y a pas que pour le maintien de la gare que la population se lève : la poste, l'école, les commerces de proximité... Chaque annonce de fermeture est une occasion de mobilisation.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

  1. © Patrick Artinian

    Assier, mars 2019. « Je suis un indigène du Lot, ma famille est à 15 kilomètres d’ici, des petits agriculteurs ancrés à gauche, raconte Jacques Montal. J’ai passé un concours régional et je suis rentré à la SNCF à 17 ans. J’ai fait l’école de la SNCF pendant deux ans et je n’ai jamais dépassé les limites de la Région Midi-Pyrénées. Après avoir été en poste à Capdenac et Rocamadour-Padirac, toujours dans la région, je suis revenu à Assier qui était ma gare-école. J’habitais dans la gare, j’étais donc cheminot à temps plein, je dormais sur place, j’avais mon logement au-dessus, je travaillais dans le bureau au-dessous. »

    L’association a été créée en 2002 afin de joindre élus et usagers aux combats des cheminots et d’avoir ainsi plus de poids. À ses débuts, en 2002, c’était contre la suppression de postes à la gare d’Assier ; puis en 2006 contre la suppression de la rame directe Rodez-Paris ; en 2007 contre la suppression de la branche Carmaux-Capdenac-Paris du train de nuit. Elle organise aussi des manifestations ponctuelles dans les gares, dont le 15 juin à Figeac pour demander le rétablissement au plus vite de l’arrêt de train et la reconstruction de la gare, qui a brûlé le 22 novembre 2018.

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 13 photos
par Photos et textes Arthur Larie et Bastien Massa
Portfolio — 15 photos
par Photos Mahé Elipe Textes Caterina Morbiato
Portfolio — 7 photos
par Agence France-Presse et Justine Brabant

À la Une de Mediapart

Journal — International
Lula se présente en apaiseur des années Bolsonaro
Dimanche 2 octobre, les Brésiliens choisissent entre Jair Bolsonaro et Lula da Silva. Après un mandat marqué par les violences et une politique favorable aux plus riches, l'ancien chef d’état affirme vouloir réconcilier le pays. Avec l’espoir de l’emporter dès le premier tour.
par François Bougon
Journal — France
En ville, à la mer et à la montagne : là où se trouvent les oasis médicaux
Cause sans cesse perdue, la lutte contre les déserts médicaux masque une autre réalité : les médecins libéraux s’installent toujours plus nombreux comme spécialistes dans quelques zones privilégiées. Ils sont aussi toujours plus nombreux à pratiquer des dépassements d’honoraires.
par Caroline Coq-Chodorge et Donatien Huet
Journal — France
Télémédecine : derrière « Sauv Life », le business contestable d’un médecin de l’AP-HP
Pour désengorger les urgences, le ministre de la santé pousse les « unités mobiles de télémédecine », officiellement opérées par une association, Sauv Life, qui envoie, via le 15, des infirmiers dotés de mallettes de télémédecine au chevet des patients. En coulisses, cette expérimentation soulève des questions sur le niveau du service rendu, le coût et les procédures de commande publique. Contre-enquête sur un chouchou des médias.
par Stéphanie Fontaine
Journal — France
Une section informatique aveugle à ses propres alertes
Dans les deux années précédant la tuerie à la préfecture de police, les alertes se sont multipliées au sein de la « S21 », la section où travaillait Mickaël Harpon. Sans jamais que cela ne porte à conséquence pour le futur terroriste.
par Matthieu Suc