L’irréductible chef de gare d’Assier

Par

Depuis plus de vingt ans, au sein de l’Association d'usagers pour la défense de la gare d’Assier et la promotion du rail, Jacques Montal, l’ancien chef de gare, à la retraite depuis septembre dernier, est le porte-drapeau du combat pour le maintien de la desserte de ce village de 700 habitants. D'ailleurs, il n'y a pas que pour le maintien de la gare que la population se lève : la poste, l'école, les commerces de proximité... Chaque annonce de fermeture est une occasion de mobilisation.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. carteassier
    Assier, mars 2019. « Je suis un indigène du Lot, ma famille est à 15 kilomètres d’ici, des petits agriculteurs ancrés à gauche, raconte Jacques Montal. J’ai passé un concours régional et je suis rentré à la SNCF à 17 ans. J’ai fait l’école de la SNCF pendant deux ans et je n’ai jamais dépassé les limites de la Région Midi-Pyrénées. Après avoir été en poste à Capdenac et Rocamadour-Padirac, toujours dans la région, je suis revenu à Assier qui était ma gare-école. J’habitais dans la gare, j’étais donc cheminot à temps plein, je dormais sur place, j’avais mon logement au-dessus, je travaillais dans le bureau au-dessous. »

    L’association a été créée en 2002 afin de joindre élus et usagers aux combats des cheminots et d’avoir ainsi plus de poids. À ses débuts, en 2002, c’était contre la suppression de postes à la gare d’Assier ; puis en 2006 contre la suppression de la rame directe Rodez-Paris ; en 2007 contre la suppression de la branche Carmaux-Capdenac-Paris du train de nuit. Elle organise aussi des manifestations ponctuelles dans les gares, dont le 15 juin à Figeac pour demander le rétablissement au plus vite de l’arrêt de train et la reconstruction de la gare, qui a brûlé le 22 novembre 2018.

Voir tous les portfolios