L’Ouganda, terre d’accueil pour réfugiés de guerre et de famine

Par

Fuyant le Soudan du Sud en guerre, plus d’un million de réfugiés se sont installés en quelques mois dans des camps du nord de l’Ouganda. Ce pays leur offre une carte d’identité de réfugié, le droit de commercer et un lopin de terre de 900 m2 afin qu’ils puissent se suffire à eux-mêmes et ne pas dépendre de l’aide internationale. Mais, depuis des mois, la sécheresse empêche les cultures. Les ONG y suppléent une fois par mois en livrant des haricots et des petits pois, mais elles aussi sont à la peine : les financements internationaux promis n’arrivent pas et la famine guette.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. 17 mai 2017. Le pont de la rivière Kaya trace la frontière entre le Soudan du Sud et l’Ouganda. Après plusieurs jours, voire plusieurs semaines de marche, femmes, enfants et personnes âgées tentent d’échapper à la guerre au Soudan du Sud. Les villages au sud de ce pays sont désormais tous vides. Ce jour-là, une femme de 72 ans traverse la rivière. Il n’est pas fréquent de croiser des hommes parmi ces réfugiés. Les hommes sud-soudanais sont soit morts, soit repartis faire la guerre.

     © Gaël Cloarec © Gaël Cloarec

Voir tous les portfolios