Portfolios

La semaine de 4 jours ? Même des patrons sont ravis

13 photos

Depuis l’automne, dans la région de Valence, l’Espagne expérimente la « semaine courte » : 4 jours, 32 heures de travail hebdomadaire, avant de l’étendre éventuellement à tout le pays. En France, du côté du patronat comme du gouvernement et de l’Élysée, on est bien loin de cette ligne. Pourtant, à des degrés divers, certaines entreprises ont franchi le pas et cet aménagement, bien perçu par les salariés, n’est pas forcément une mauvaise affaire pour les entreprises. La preuve par trois exemples.

La lecture des articles est réservée aux abonné·e·s. Se connecter

  1. © Patrick Artinian

    LDLC, Saint-Quentin-Fallavier (Isère), le 27 octobre 2021. Chez LDLC, une entreprise de vente de matériel informatique sur Internet et en boutique, on est passé en janvier 2021 directement des 5 jours, 35 heures de travail hebdomadaire, aux 4 jours, 32 heures, sans perte de salaire. L’entreprise poursuit néanmoins son activité 5 jours par semaine. Pour Laurent de la Clergerie, 51 ans, son fondateur (en 1996) et président, c’est du gagnant-gagnant : les salariés sont satisfaits et l’entreprise florissante. « C’est les 4 jours qui marchent et pas forcément les 32 heures. Dans la boîte, il y avait eu des rachats et lorsqu’on est passé aux 4 jours, 32 heures, le 25 janvier dernier, j’avais des gens à 35, 37 et 39 heures et tout le monde est passé aux 32 heures. Il y a des “39 heures”  qui, pour ne pas subir de baisse de salaire, sont passés à 32 + 2 heures supplémentaires. Tous font le même travail qu’avant, qu’ils aient perdu 3 ou 5 heures, et tous se sentent mieux. Donc l’équation “moins d’heures égale moins de productivité” n’est pas automatique. J’avais calculé que le passage aux 4 jours me coûterait 4 à 5 % de la masse salariale, soit 2 millions d’euros, j’étais prêt à les payer. Je n’ai pas eu à le faire car il n’y a pas eu besoin d’embauche supplémentaire. »

Abonnement mediapart

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là


Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Nos derniers portfolios

Portfolio — 13 photos
par Patrick Artinian
Portfolio — 15 photos
par Guillaume Binet / MYOP avec Sara Cincurova
Portfolio — 17 photos
par Antoine Béguier
Portfolio — 20 photos
par Arthur Larie et Bastien Massa

À la Une de Mediapart

Journal — France
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi
Journal — France
La réplique implacable de Laurent Joly aux « falsifications » sur Vichy
En amont du procès en appel ce jeudi du candidat d’extrême droite pour contestation de crime contre l’humanité, l’historien Laurent Joly a publié un livre dévastateur. Il pointe ses mensonges sur le régime de Vichy, et analyse les raisons politiques de cette banalisation des crimes de l’époque.
par Fabien Escalona
Journal — International
Le double « je » de Macron au Parlement européen
Mercredi, à Strasbourg, Emmanuel Macron et ses adversaires politiques ont mené campagne pour la présidentielle française dans l’hémicycle du Parlement européen, sous l’œil médusé des eurodéputés étrangers. Le double discours du chef de l’État a éclipsé son discours sur l’Europe.
par Ellen Salvi
Journal — France
Bolloré : la commission d’enquête se mue en café du commerce
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches patriotiques ou nationalistes.
par Laurent Mauduit