Les « 100 000 luttes » de l’Algérie

Par

Le photographe algérien Abdo Shanan a reçu vendredi 18 juin à Minorque le prix méditerranéen Albert-Camus pour un travail sur la contestation en Algérie qu’il porte depuis plus de deux ans, intitulé A Little Louder (Un peu plus fort). La force de ses photographies tient à l’absence de foule, de drapeaux, de banderoles. Au plus près des gens, Abdo Shanan saisit la détermination des manifestants.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Alger, 2019. (À gauche) Dix-sept ans après la fin de la guerre civile dite décennie noire, le régime a systématiquement utilisé cette menace pour opprimer l’opposition, tout mouvement social ou politique antirégime.

    Alger, 2019. (À droite) La première manifestation du mouvement dit Hirak a eu lieu le 22 février 2019. Ceux qui ont environ 20 ans n’ont connu qu’un seul président, Abdelaziz Boutaflika.

Voir tous les portfolios