«Nos frères ne reviendront pas. Nous menons le combat pour préserver vos vies»

Par

Ils sont majoritairement noirs et arabes. Et de classe populaire. Samedi 13 juin, ils sont venus de toute la France pour répondre à l'appel de la famille Traoré, fer de lance en France, avec le comité Adama, de la lutte contre l’impunité des violences policières et du racisme, qui a réuni à nouveau des milliers de personnes à Paris.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Paris, 13 juin 2020. « Justice pour Adama, Ibo, Sabri, Babacar, Gaye, Zied et Bouna, Zakaria, Zineb, Wissam »… 150 000 personnes selon les organisateurs, qui s’appuient sur les images impressionnantes vues du ciel montrant une place débordante de manifestants, 15 000 selon la police, égrènent place de la République la longue liste des victimes de violences policières en France qui s’étirent aussi sur des banderoles et scandent « Pas de justice, pas de paix »Vertige du nombre. Vertige de la répétition.

Voir tous les portfolios