Russie: dans le mouroir des tuberculeux

Par

Dès 2003, Misha Friedman s'engage comme logisticien bénévole dans les équipes de Médecins sans frontières, notamment au Darfour. Puis comme photographe, à partir de 2008, il décide de travailler sur les programmes de lutte contre la tuberculose. Les photos présentées ici ont été prises notamment en Russie et Ukraine. La plupart des malades photographiés sont aujourd'hui morts. [asset|aid=169612|format=100_pixels|formatter=imagecache|title=|align=left|href=]À Visa pour l'image, une projection autour de ce reportage est programmée ce 5 septembre au Campo Santo. Misha Friedman est aussi l'un des trois nominés pour le prix Visa de l'Association nationale des iconographes-Pixpalace décerné ce soir. Lire aussi ici, dans le Club de Mediapart.

En partenariat avec :

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Saint-Pétersbourg, Russie. Polina, 37 ans, vient juste d'être amenée dans cet hôpital. Sérieusement atteinte de malnutrition, elle souffre de nombreux maux, dont la tuberculose, l'hépatite C et le VIH.

Voir tous les portfolios