A Saint-Denis, l'intime réparation des femmes victimes de violences

Par

Depuis octobre 2017, la photographe Louise Oligny et l’illustratrice Clémentine du Pontavice animent au sein de la Maison des femmes de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) un atelier intitulé « Réparer l’intime ». Appuyées sur leurs disciplines respectives, la photo, le dessin et la création de bijoux, elles redonnent confiance à des femmes cabossées par la vie, souvent migrantes, qui fuient la violence des hommes. 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. La Maison des femmes de Saint-Denis a ouvert ses portes en 2016 et vient en aide aux femmes violentées physiquement ou psychologiquement, mutilées, victimes de mariages forcés, la liste n’étant pas exhaustive. Mediapart s’y est rendu en mai 2018.

Voir tous les portfolios