Vivre et survivre à Tchernobyl

Par

Les derniers incendies à Tchernobyl, début avril, ont enfin ouvert les yeux de l’Ukraine sur la question écologique. Ici, le 26 avril 1986, la plus grave catastrophe nucléaire du XXe siècle (plus importante même que celle de Fukushima en 2011, selon l’IRSN) anéantit la zone, provoquant des milliers de morts et l’évacuation définitive de plus de 200 000 personnes. C’était il y a 34 ans, une génération. Depuis 2001, le photographe Guillaume Herbaut se rend régulièrement sur les lieux. Dans ce monde désolé, il croise des parias, quelques enfants et des jeunes.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Bazar, octobre 2018. Sacha, 10 ans, joue dans les ruines de la maison de la culture de la ville de Bazar, située dans la zone interdite de Tchernobyl. La mairie aide les personnes à s’installer ici en échange d’une maison. En 1986, il y avait 2 500 habitants ; en 2005, 230 ; aujourd’hui, plus de 500.

Voir tous les portfolios