Yémen: cinq ans sous les bombes

Par

Le coronavirus fera-t-il taire les armes ? Jeudi 26 mars, l’ONU a salué la promesse des belligérants au Yémen de « cesser immédiatement toutes les hostilités militaires ». La guerre oppose ici depuis plus de cinq ans les rebelles houthis soutenus par l’Iran aux forces du gouvernement appuyées par l’Arabie saoudite. Au moins 100 000 morts ont été recensés. Pour Médecins sans frontières, la photographe Agnès Varraine-Leca s’est rendue trois fois au Yémen entre mars 2018 et mai 2019.

Mots-clés

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

  1. Ville de Saada, gouvernorat de Saada, avril 2019. Un homme passe un coup de téléphone à l’un des carrefours de la ville, situé à côté de l’ancienne Banque centrale, détruite en 2015 par une frappe aérienne de la coalition internationale, dirigée par l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Une partie de la ville a été détruite par les bombardements, notamment lors des campagnes massives de frappes aériennes en 2015. Cinq années se sont écoulées depuis le début de la guerre, plus de 20 000 raids aériens ont été menés par la coalition et des estimations basses suggèrent un coût humain s’élevant à 100 000 morts, selon les chiffres de l’Armed Conflict Location & Event Data Project (Acled).

Voir tous les portfolios