Clément Fayol

Ses Derniers articles

  • Valls a construit une diplomatie parallèle en Afrique

    Par
    Ibrahima Diawadoh N’Jim, le «M. Afrique» de Manuel Valls. © Reuters Ibrahima Diawadoh N’Jim, le «M. Afrique» de Manuel Valls. © Reuters

    L’ancien premier ministre a multiplié les déplacements en Afrique ces derniers mois. Confirmant l’idée qu’un destin politique français se forge aussi au sud de la Méditerranée, ces voyages intriguent à quelques mois de l’échéance présidentielle. Ces séjours permettent aussi de fidéliser des proches qui manifestent un intérêt très particulier pour le continent.

  • En Centrafrique, la France aperçoit une porte de sortie

    Par
    Faustin-Archange Touadéra vote pour le deuxième tour des élections, le 14 février 2016 à Bangui. © Reuters Faustin-Archange Touadéra vote pour le deuxième tour des élections, le 14 février 2016 à Bangui. © Reuters

    L’élection d’un président en Centrafrique, Faustin-Archange Touadéra, investi ce mercredi 30 mars, ouvre une nouvelle page de l’histoire de ce pays tourmenté. Touadéra a pris de court les observateurs du pays en étant élu aux dépens des grands favoris du scrutin. La France se prend à rêver d’un désengagement militaire.

  • Elections en Afrique: la France toujours à la traîne de l’Histoire

    Par

    Au lendemain d'élections au Bénin, Niger et Congo-Brazzaville, où Sassou-Nguesso a verrouillé tout espoir d’alternance, la France brille par son absence. Omniprésente sur la sécurité, elle laisse à l'abandon la politique et la diplomatie.

  • Au Tchad, la France est prête à toutes les compromissions pour éviter le chaos

    Par
    Note classée "confidentiel défense". © DR Note classée "confidentiel défense". © DR

    À l'approche des élections présidentielles, le Tchad connaît une vague de contestation exceptionnelle pour ce pays tenu d’une main de fer par l’autocrate Idriss Déby. Pendant que les opposants appellent à mettre un terme à une répression implacable, un rapport « confidentiel défense » vient rappeler que pour la France, la stabilité est la première des priorités.

  • Les réseaux africains de Manuel Valls

    Par et
    Manuel Valls à l'université d'été du PS à La Rochelle, en 2013. Au second plan, Ibrahima Diawadoh. © Reuters Manuel Valls à l'université d'été du PS à La Rochelle, en 2013. Au second plan, Ibrahima Diawadoh. © Reuters

    D'une petite phrase, le premier ministre a provoqué un incident diplomatique avec le Gabon d'Ali Bongo. Matignon a aussitôt tenté d'aplanir le différend avec, à la manœuvre, Ibrahima Diawadoh N’Jim, l'officieux conseiller Afrique de Manuel Valls. Celui-ci est de plus en plus intéressé par le continent où il compte de nombreux relais. Dernier volet de notre série sur la politique africaine de la France.

  • Sous la présidence Hollande, la Françafrique innove

    Par et

    En 2012, François Hollande avait promis la fin de la Françafrique. Plus de trois ans plus tard, les porteurs de valises et les envoyés spéciaux semblent avoir quitté l'Élysée. Mais les réseaux affairistes ont migré vers d'autres univers, notamment les fondations comme celle de Jean-Louis Borloo. Des pratiques qui se déroulent sous le regard tantôt impuissant, tantôt complice des autorités. Deuxième volet de notre série sur la politique africaine de la France.

  • L’Afrique de Hollande donne le premier rôle aux militaires

    Par et
    Jean-Yves Le Drian, François Hollande et Laurent Fabius avec les soldats français à Bangui, le 28 février 2014 © Reuters Jean-Yves Le Drian, François Hollande et Laurent Fabius avec les soldats français à Bangui, le 28 février 2014 © Reuters

    Il y a trois ans, François Hollande déclenchait la guerre au Mali. Un véritable tournant dans la politique africaine du quinquennat. Peu à peu, ce sont les militaires qui ont pris la main sur les diplomates. Le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian est même devenu le « ministre de l’Afrique ». Premier volet de notre série sur la politique africaine de François Hollande.

  • L’Afrique de Hollande, c’est la guerre

    Par et
    Jean-Yves Le Drian, François Hollande et Laurent Fabius avec les soldats français à Bangui, le 28 février 2014 © Reuters Jean-Yves Le Drian, François Hollande et Laurent Fabius avec les soldats français à Bangui, le 28 février 2014 © Reuters

    Lundi et mardi se tient à Dakar le deuxième Forum sur la paix et la sécurité. La France y est représentée par le ministre de la défense Jean-Yves Le Drian, le « ministre de l’Afrique » du quinquennat. Depuis 2012, ce sont les militaires qui ont pris la main sur la politique africaine de la France. Premier volet de notre série sur la politique africaine de François Hollande.

  • Procès d’Hissène Habré, «Pinochet de l'Afrique» et ancien allié de la France

    Par

    L’ouverture le 7 septembre au Sénégal du procès de l’ancien chef d’État tchadien est une victoire pour les victimes et militants des droits humains. Mais, comme pendant la guerre froide, le Tchad reste un pivot de la France en Afrique. Deux époques et deux justifications d’une alliance jamais remise en question.

  • Rencontre avec Filimbi, le mouvement congolais qui fait trembler Kabila

    Par

    S’appuyant sur un phénomène qui a débuté au Sénégal et au Burkina Faso, le mouvement citoyen Filimbi, en République démocratique du Congo, a cassé les codes de l’opposition. La répression implacable de ce mouvement pacifique par le régime de Joseph Kabila est le signe d’un choc des générations. Rencontre avec ces opposants.