Pascale Pascariello

Ses Derniers articles

  • «Gilets jaunes»: des policiers témoignent

    Par
    Manifestation des gilets jaunes le 2 février 2019 à Paris. © Reuters Manifestation des gilets jaunes le 2 février 2019 à Paris. © Reuters

    Alors que le bilan des violences policières est dramatique, des policiers ont accepté de revenir pour Mediapart, sous couvert d'anonymat, sur les opérations auxquelles ils ont participé. L’un parle de « guérilla » et soutient qu'« on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs », un autre estime avoir été « instrumentalisé », un troisième adhère au mouvement tandis qu'un dernier s’inquiète de sa suite.

  • Maria: «Les policiers m’ont enlevé ma vie»

    Par
    Maria, le 4 novembre 2019, à Marseille. © Samuel Saada Maria, le 4 novembre 2019, à Marseille. © Samuel Saada

    Rouée de coups de pied par des policiers, Maria, 19 ans, a eu le crâne fracturé et le cerveau atteint. Dix mois plus tard, à Marseille, elle reste sous surveillance médicale. Dans un entretien à Mediapart, elle revient sur les conséquences physiques et psychiques de ces violences et sur les suites judiciaires.

  • Comment la police des polices protège les siens

    Par

    À Marseille, le 8 décembre 2018, en marge d'une manifestation des « gilets jaunes », des policiers ont fracassé le crâne de Maria, 19 ans, lui blessant gravement le cerveau. Notre enquête sur ces violences révèle, preuves à l’appui, la partialité de l’IGPN, la police des polices, et sa volonté d'enterrer les faits et nier les responsabilités.

  • Le 8 décembre à Marseille, un dispositif «de guerre» face aux «gilets jaunes»

    Par
    Maria, après son opération, 13 décembre 2018. © DR Maria, après son opération, 13 décembre 2018. © DR

    À la suite des coups portés à Maria, Mediapart a découvert l’existence de brigades hybrides de policiers, non formés au maintien de l’ordre et chauffés à blanc par une note du ministère de l'intérieur et une hiérarchie considérant qu’en temps « de guerre », tout est permis. Même le RAID a été associé à la mobilisation. 

  • Incendie de Notre-Dame: l’Agence régionale de santé minimise encore le bilan sanitaire

    Par

    Six mois après l’incendie de Notre-Dame de Paris, le bilan rendu public le 14 octobre par l’Agence régionale de santé (ARS) et le préfet de Région fait état de quatre-vingt-dix enfants contaminés au plomb, soit 10 % des enfants contrôlés. L’ARS se veut malgré tout rassurante, en s’appuyant sur une étude de 2009 obsolète.

  • Notre-Dame: six mois après l’incendie, les coulisses d’un scandale sanitaire caché

    Par et Antoine Schirer
    © Mediapart

    Selon le dernier bilan présenté le 14 octobre par l’Agence régionale de santé (ARS) et la préfecture de Région, douze enfants sont contaminés au plomb et soixante-dix-huit sont sous surveillance médicale. Ces résultats alarmants sont la conséquence d’une absence de prise en compte de l’ampleur de la pollution au plomb, voire des tentatives par les autorités d’en dissimuler la réalité. Nous revenons en vidéo et en accès libre sur nos cinq mois d’enquêtes et sur les tromperies des principaux acteurs du dossier. 

  • A Rouen, la colère des habitants face à l’opacité de l’Etat

    Par
    Rassemblement à Rouen, 1er octobre 2019. © PP Rassemblement à Rouen, 1er octobre 2019. © PP

    Mardi 1er octobre, plusieurs milliers de Rouennais se sont rassemblés pour réclamer des réponses sur la pollution provoquée par l’incendie de Lubrizol. Le préfet de Seine-Maritime a de nouveau répondu par le mépris : il n’était pas présent pour recevoir les représentants des manifestants. 

  • Plomb à Notre-Dame: le ministère de la culture a enterré le plan de décontamination

    Par
    La cathédrale Notre-Dame de Paris le 7 mai 2019, trois semaines après l'incendie. © Document Mediapart La cathédrale Notre-Dame de Paris le 7 mai 2019, trois semaines après l'incendie. © Document Mediapart

    À la suite de l’incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, le 15 avril, le ministère de la culture a sollicité un bureau d’études spécialisé dans la dépollution qui préconisait un confinement de la cathédrale et la décontamination du plomb. Le projet a été enterré, au risque d'une grave crise sanitaire. Son auteur témoigne.

  • Plomb à Notre-Dame de Paris: l’Agence de santé rappelée à l’ordre

    Par
    Notre-Dame de Paris après l'incendie du 15 avril, juin 2019. Notre-Dame de Paris après l'incendie du 15 avril, juin 2019.

    L’Agence régionale de santé a attendu plus de deux mois avant de rendre publiques les données sur la pollution au plomb à Notre-Dame de Paris, enfreignant la loi qui l’oblige à communiquer sans délai toute information relative à l’environnement. Fait exceptionnel : le président de la Commission d’accès aux documents administratifs a rappelé à l’ordre l’ARS, qui dément toute « stratégie de dissimulation ».

  • Nantes: une vidéo montre un policier en train d’étrangler un manifestant

    Par
    Photo de Bruno Kaïk, derrière les fourgons de police, entouré de policiers de la BAC, le 3 août, à Nantes. © Greg Looping / Hans Lucas Photo de Bruno Kaïk, derrière les fourgons de police, entouré de policiers de la BAC, le 3 août, à Nantes. © Greg Looping / Hans Lucas

    Violemment interpellé par des policiers de la Brigade anticriminalité le 3 août, Bruno Kaïk, 51 ans, a dû être hospitalisé. Sur la vidéo que Mediapart publie, un policier lui serre la gorge et l’étrangle avec son bras, contredisant la version de la police nationale. Une plainte pour tentative d'homicide vient d’être déposée auprès du parquet de Nantes, qui a ouvert une enquête préliminaire.