Faire renaître la langue, comme ce corps choisi

Par Melina Balcazar (En attendant Nadeau)

Dans un poignant récit largement autobiographique, l’autrice argentine Camila Sosa Villada célèbre le combat pour la vie des travesties du parc Sarmiento à Buenos Aires. Dans une langue qui enchante et transforme le réel.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

En Amérique latine, l’espérance de vie d’une travestie est d’environ 35 ans. Victimes d’une violence extrême, elles sont assassinées par balle, poignardées, étranglées, lapidées, brûlées, tuées à la machette. Impossible de dénombrer précisément ces homicides, car, même dans leur mort, elles se retrouvent dépossédées d’une identité si durement conquise.