Paroles d'exils (6/6) : Ali Magoudi ou les «curieux travers de la déconstruction psychanalytique»

Par

Il existe autant d’exils que d’exilés : quitter une terre et une culture, engranger des souvenirs peuvent se traduire dans les mémoires comme autant de fantômes incontrôlables ou apprivoisés. Dernier volet de notre série de six récits d'exil, celui du psychanalyste Ali Magoudi, 60 ans, qui revient sur sa mère polonaise et son père algérien ballottés par l'histoire...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Après Liliana Andreone, venue d’Argentine ;Omar Habib, arrivé d'Algérie ; Lilia Ollivier, qui garde toujours un pied en Ukraine ; Sambou Konaté, Malien de Vanves et Myriam, installée à Strasbourg après un voyage Tunis-Marseille, voici notre sixième et dernier récit d'exil, celui du psychanalyste Ali Magoudi, 60 ans, qui revient sur sa mère polonaise et son père algérien ballottés par l'Histoire...