Les dix leçons de Jay Rosen pour les journalistes de demain

Par
Un professeur de journalisme de l'université de New York, Jay Rosen, a ouvert l'enseignement de l'école de journalisme de Sciences-po. Avec une idée-force: le public a pris le pouvoir, ne l'appelez plus jamais audience.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jay Rosen est pris d'un doute soudain: «Est-il vrai qu'en français les mots “audience” et “public” se disent de la même façon?» On acquiesce en essayant de ne pas s'aventurer dans les distinctions introduites par John Dewey, Gabriel Tarde ou Robert E. Park. Rosen, professeur de journalisme à la New York University, blogueur et théoricien du journalisme civique, doit prononcer le lendemain, jeudi 2 septembre, la leçon inaugurale de l'école de journalisme de Sciences-po, intitulée «The People formerly known as the Audience and the Audience properly known as the Public». Une motion de synthèse sera trouvée: «Le peuple jadis connu sous le nom de lecteurs et les lecteurs à juste titre appelés les citoyens».