Les routiers sont amènes

Par

Brassant reportage à ras de l’humain et décryptage économique ou social, Jean-Claude Raspiengeas porte un regard empathique et documenté sur les bagnards du volant. Virée avec des chauffeurs vassaliques anonymes, frappés d’invisibilité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ce détour estival livresque, osons-le avec un sujet à côté duquel, en temps ordinaires, nous serions passés sans rien voir : les routiers, galériens de notre modernité. Ils existent et Jean-Claude Raspiengeas les a rencontrés. D’où une enquête en forme d’hommage passionnant, étayé, empathique : « Un mot revient toujours dans la conversation, écho d’une souffrance que je sens ravalée : le mépris… Le regard porté sur eux. »