Jenny Plocki, survivante du Vél’ d’Hiv’: «C’est pour cela que je suis anar»

Par

Dans Vie de ma voisine (Grasset), Geneviève Brisac raconte et magnifie Jenny Plocki, 91 ans, survivante de la rafle du Vél’ d’Hiv’, engagée en faveur d’une radicalité révolutionnaire articulée avec la douceur de vivre et de penser librement. Rencontre.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il était une fois, dans le Ve arrondissement de Paris, au siècle dernier, une institutrice devenue légendaire à force d’apprendre à lire aux élèves de CP, l’air de rien – au sein de classes sans lutte mais pleines d’utopie solidaire et de fantaisie altruiste. Cette pédagogue était connue sous le nom de Mlle Plocki. On se faisait « désectoriser » pour avoir la chance de connaître son enseignement, dans l’école de la rue Rollin (quartier Mouffetard).