Les pleurs de Beyrouth

Par Jean-Loup Samaan (En attendant Nadeau)

Le 4 août, l’explosion du port de Beyrouth a fait resurgir les souvenirs douloureux de la guerre civile. C’est à ce poids indicible sur les individus qu’est consacré le premier roman de Dima Abdallah.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mauvaises herbes, premier roman de Dima Abdallah, se présente comme le récit croisé d’un père et de sa fille. Celui-ci débute à Beyrouth en 1983, au plus fort des affrontements entre milices, et s’achève en 2019 à Paris, où la narratrice est partie refaire sa vie. Les chapitres prennent la forme de monologues intérieurs qui alternent entre ces deux personnages au fil des années et des lieux.