Du bidonville à la jungle

Par

Autoconstruit, illégal, menacé pour apparaître menaçant aux lisières des cités, le bidonville s’érige en mode d’habitat informel : massif au sud, minoritaire au nord. Les historiennes Muriel Cohen et Charlotte Vorms reviennent sur ce mot colonial.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

© Mediapart

Cette émission est également disponible en mode audio (podcast pour les franglaisants) : cliquer ici.

                                                                    ***************

Les définitions du mot bidonville n’épuisent pas le sujet. « Agglomération de baraques où s’entasse la population misérable d’une grande ville » (Larousse). Pour l’ONU, cinq critères définissent un bidonville :

  • Accès inapproprié à de l’eau salubre ;
  • Accès inapproprié à l’assainissement et aux infrastructures ;
  • Manque de qualité structurelle des logements ;
  • Surpopulation ;
  • Statut résidentiel non sûr.

Dans l’entretien vidéo ci-dessus, nous avons tenté d’aller plus loin – en commençant par relier bidonville et colonialisme – avec deux historiennes. D’une part, Muriel Cohen, professeure au lycée Maurice-Utrillo de Stains (Seine-Saint-Denis), qui a soutenu en 2013 une thèse remarquable (Paris I) : « Des familles invisibles. Politiques publiques et trajectoires résidentielles de l’immigration algérienne (1945-1985). » D’autre part, Charlotte Vorms, maître (elle préfère ne pas féminiser le mot) de conférences à Paris I, dont la thèse portait sur le développement d’un faubourg autoconstruit de Madrid (1860-1936).

Économie générale des échanges de l’entretien :

3 min : Héritage colonial des bidonvilles (référence aux travaux de Jim House et Neil MacMaster).

5 min : Réalités extrêmement diverses sous le mot slum en usage dans le monde anglophone.

7 min : Peut-on voir dans le bidonville une métaphore du statut hybride propre aux indigènes en Algérie (sujets français sans être citoyens) ?…

9 min : Les « paponnades » du 17 octobre 1961 et les bidonvilles, ceux de Nanterre en particulier. Mythes et réalités…

15 min : La personne et l’action de Monique Hervo (née en 1929), auteure de Nanterre en guerre d’Algérie (Actes Sud, préface de François Maspero).

18 min : L’articulation des bidonvilles de Nanterre et de cette ville dirigée par un maire communiste, Raymond Barbet (1902-1978).

20 min : L’éradication des bidonvilles sous le gouvernement Chaban-Delmas et le legs de Mai-68…

25 min : Résurgence des bidonvilles aujourd’hui, liée pour certains au non-accueil des réfugiés et migrants.

28 min : Calais et sa jungle (référence à la tribune de Michel Agier dans le Club Mediapart en 2015).

34 min : Comment la vision libérale s’accommode et se saisit de la notion de bidonville…

35 min : Peut-on tenter une définition des bidonvilles à la fois empathique et tenant compte de la diversité de l’objet ?

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale

Depuis avril 2010, Mediapart, en partenariat avec le Centre d’histoire sociale du XXe siècle : Paris I-CNRS (CHS), rebondit sur une question d’actualité en l’approfondissant grâce à des experts, généralement universitaires. 

Françoise Blum est la cheville intellectuelle de ce projet. Les séances se tenaient jusqu’en 2014 dans la bibliothèque Jean-Maitron du CHS, rue Malher à Paris (IVe). En 2015, nous avons migré dans le studio aménagé par Mediapart en ses locaux.

En 2018, nous avons décidé de nommer cette série « Présence du passé », en hommage à l’émission éponyme coproduite à la télévision française, de 1964 à 1968, par Jean Chérasse, qui tient blog à Mediapart sous le pseudonyme de Vingtras.