La République des idées : quelle influence? (1/2)

Par

En dix ans, la République des idées, autour de Pierre Rosanvallon, est devenue un laboratoire intellectuel, social et politique. Jusqu’où propose-t-elle un programme de refondation de l’Etat et de renouvellement de la société ? Premier volet de notre enquête.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis dix ans, et pour environ dix euros, les petits livres rouges, mais aussi orange et jaunes, de la collection La République des idées irriguent le débat intellectuel, politique et social. Ils ont imposé des expressions comme la « révolution fiscale », « l’insécurité sociale », le « ghetto français », les « classes moyennes à la dérive », « la peur du déclassement » ou « l’élitisme républicain », pour ne prendre que quelques intitulés de la cinquantaine d’ouvrages publiés depuis 2002. « Il n’y a pas de recette pour le succès, mais un titre fort est nécessaire », souligne Ivan Jablonka, historien et codirecteur de la République des idées.