Le verbe juste du poète Emmanuel Moses

Par
Emmanuel Moses publie le 10 février, dans la collection Poésie/Flammarion, L'Animal. Ce recueil révèle que tout en organisant sa propre disparition, en une langue précise et douce, le Voyant perçoit comme personne le monde qui s'effondre sous nous yeux.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il serait inconvenant d'établir, comme si la sous-culture TF1 avait gagné les esprits, un palmarès des poètes vivants de langue française. On peut néanmoins, en oubliant tout classement, réunir quelques noms en guise de généalogies spirituelles. Il y aurait Yves Bonnefoy (né en 1923) et Philippe Jaccottet (1925), puis, pour la génération suivante, Matthieu Messagier (1949) et, sans doute, Emmanuel Moses (1959).