Les vies de Raphaël dans le bruit du XVIIe siècle

Par Norbert Czarny (En Attendant Nadeau)

Bâtisseurs, seigneurs, voyageurs, découvreurs : voici les héros des romans de Charif Majdalani. Dans Des vies possibles, il y a donc Raphaël Arbensis, un de ces hommes qui aiment embrasser le savoir, les femmes, la beauté des villes et toutes les autres. L’histoire commence en 1621, au temps de la Contre-Réforme, et nous conduit des monts du Liban jusqu’aux ruines de Rome.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Pour reconstituer sa vie et ses aventures, il faudra quelques éléments de scénographie propres au XVIIe siècle, des rubans, des lazarines, des cardinaux, des cochers, et pas mal de navires, de galères et de caravelles. » Le narrateur pose ainsi le cadre de ce siècle que nous verrons défiler en courtes scènes, des miniatures que l’emploi du présent historique ancre dans la réalité. Une réalité qui semble inscrite dans une « petite notice biographique incluse dans le dictionnaire des savants du Collège maronite de Rome ».