Sur la scène de l’opéra, la chute d’un harceleur

Par

La première du Chevalier à la rose de Richard Strauss, le 9 mai, résonnait singulièrement avec l’affaire Baupin : comment est confondu, en trois actes, un notable prédateur de femmes sous sa coupe…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était une première habituelle à l’Opéra Bastille, lundi 9 mai. Un préavis de grève était tombé le jour même, puis, concessions faites, levé deux heures avant que le rideau ne se levât. Pierre Bergé, 85 ans, qui semble faire partie du décor, caressait le pommeau en argent de sa canne. Des femmes se toisaient parmi les effluves captieux. Des hommes aux allures de patriciens froufroutants s’embrassaient. La bourgeoisie riait de se voir si belle en ce miroir…