«La cour de Babel» ou la classe des miracles

Par

Un documentaire sort en salle pour nous faire sortir d'un pessimisme éducatif aussi pouacre qu'impolitique. En filmant une classe d'accueil de collégiens non francophones, Julie Bertuccelli révèle, avec grâce, un ressort résolu, solidaire et sempiternel de la société française…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Mis à part une répétition d’orchestre, les plus émouvantes images de visages que puisse capter un film documentaire sont des enfants en train d’apprendre, dans un lieu épargné par la panne de transmission. Se cristallisent alors, chez les spectateurs, leurs propres souvenirs scolaires, auxquels se superposent les fictions qui hantent l’imaginaire collectif : Zéro de conduite (Jean Vigo, 1933), Les Disparus de Saint-Agil (Christian-Jaque, 1938), La Guerre des boutons (Yves Robert, 1962)…