Une plongée dans les bassesses et les turpitudes de «L’Obs»

Par

Sous le titre Le Monde libre, Aude Lancelin publie un essai qui se présente comme une fiction mais qui est sa propre histoire au sein de L’Obs, dont elle a été licenciée pour motif politique. Mediapart publie les bonnes feuilles de ce livre qui raconte le naufrage d’un hebdomadaire politique.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Cela se présente comme une fiction, mais cela n’en est naturellement pas une. Licenciée pour motif politique par la direction de L’Obs, dont elle était la directrice adjointe de la rédaction, Aude Lancelin signe un essai, qui paraît ce mercredi 12 octobre 2016 sous le titre Le Monde libre (Les liens qui libèrent, 234 pages, 19€), dans laquelle elle raconte son histoire, et au-delà, l’histoire du naufrage consternant de son hebdomadaire, qui se confond avec le naufrage de la gauche socialiste. Un essai tout à la fois ravageur et revigorant, assassin et plaisant, qui nous amène dans les coulisses du journalisme de complaisance, et qui donne à comprendre certains des ressorts de cette gauche socialiste qui a conduit le pays dans l’abîme.