Jeffrey Eugenides écrit une Emma Bovary qui aurait lu Barthes

Par et

Jeffrey Eugenides poursuit une œuvre sans concession : vingt ans après Virgin Suicides, dix ans après Middlesex, l'écrivain américain publie Le Roman du mariage. Où l'on apprend que « la lecture est une chose dangereuse et très puissante ». Rencontre vidéo et lecture des premières pages du livre par l'auteur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Jeffrey Eugenides est un auteur rare : trois romans en vingt ans, une très grande exigence littéraire et l'obsession d'écrire. Comme il le déclarait pour The Paris Review, en 2011, « je suis très attaché au lecteur. Pas au "public". Ni au "lectorat". Juste le lecteur. Cet individu unique, seul dans une pièce, auquel je demande du temps. Je veux que mes livres soient à la hauteur de ce temps que me consacre le lecteur, c’est pourquoi je ne publie pas les livres que j’ai écrits qui ne répondent pas à ce critère, et  je ne publie que des livres que j’estime achevés ». Il conserve dans son grenier cinq romans inachevés qu'il juge non publiables.