Comment Charles Martel devient « une figure du roman national de l'extrême droite »

Par

Dans un ouvrage fouillé décortiquant la bataille de Poitiers et l'évolution de la construction mythique de Charles Martel, les historiens Christophe Naudin et William Blanc analysent la réalité des faits et leur interprétation au fil du temps, jusqu'à la récupération par l'extrême droite à la fin des années 1990.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C'est un ouvrage utile pour ceux qui s'intéressent aux constructions mythologiques. Dans Charles Martel et la bataille de Poitiers (éditions Libertalia), les historiens Christophe Naudin et William Blanc décortiquent la réalité des faits pour préciser et objectiver au maximum le moment historique, cette année 732 où le maire du Palais mérovingien « arrêta les Arabes à Poitiers », selon l'expression consacrée et ici largement nuancée. Impossible ainsi de pouvoir employer le terme d'« invasion », tant aucune preuve ne peut accréditer une telle assertion, alors même que Charles Martel était en conflit avec le duc d'Aquitaine, dont les Sarrasins auraient très bien pu être des mercenaires.