Serge Poliakoff: comme toi, moi french!

Par et

Hommage à un peintre majeur: Marie-Victoire Poliakoff restitue l'univers de son grand-père, de Moscou à Paris. Musicien tzigane la nuit, peintre le jour. Une de ses compositions abstraites s'est vendue plus d'un million d'euros en juin, mais, en France, pas une rétrospective de son œuvre depuis 1970. Or, les toiles de Poliakoff, il faut les sentir pour les voir, comme il disait. Entretien vidéo disponible dans l'article.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

«J’avais vu Matisse quelque temps avant et je m’étais plainte: “Mais où sont les peintres? Rien ne m’intéresse de façon très profonde.” Et Matisse m’avait répondu: “Ils vont se manifester!” Et tout à coup, j’ai rencontré Serge Poliakoff qui m’a vraiment touchée au plus haut degré. C’est une peinture abstraite, chaude, intelligente et humaine.»