Didier Fassin occupera la chaire santé du Collège de France

Par

L’anthropologue Didier Fassin, auteur d’une œuvre prolifique allant de l’analyse de l’institution pénitentiaire à l’anthropologie de la santé, occupera la chaire de santé publique du Collège de France.

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

L’anthropologue Didier Fassin occupera la chaire de santé publique au Collège de France en 2020. Il prononcera sa leçon inaugurale le 16 janvier sur le thème « L’inégalité des vies ». Un sujet développé dans La Vie – Mode d’emploi critique (Seuil, 2018), où Didier Fassin, médecin de formation, venu à l’anthropologie après une formation philosophique et la lecture assidue de l’œuvre de Michel Foucault, réfléchissait aux formes de vie imposées au migrants de Calais comme aux Zimbabwéens ayant franchi la frontière avec l’Afrique du Sud, un pays où se concentrent « un tiers des demandeurs d’asile enregistrés sur la planète ».

Didier Fassin. Didier Fassin.

Auteur d’une œuvre prolifique, Didier Fassin a commencé ses travaux sur la santé au début des années 1990 avec pour terrains, notamment, le Sénégal et l’Afrique du Sud, où il a étudié le traitement médical et politique de l’épidémie de sida.

Ces dernières années, Didier Fassin, aujourd’hui professeur à l’Institute for Advanced Study de Princeton, a exploré le monde pénitentiaire (L’Ombre du monde – Une anthropologie de la condition carcérale, Seuil 2017) et la police dans les quartiers populaires (La Force de l’ordre – Une anthropologie de la police des quartiers, Seuil, 2011).

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale