Du VIIIe siècle à un collège de Provence, la culture arabe en partage

Par

Le documentaire Les Yeux de la parole suit la naissance d’un opéra contemporain à Aix-en-Provence, Kalîla wa Dimna, à travers des collégiens découvrant en classe ce qu’une équipe artistique magnifie sur scène. La jonction est fabuleuse.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il y a d’abord la beauté de la langue arabe, choc esthétique inaugural. Il y a ensuite, sur une vue des toits d’Aix-en-Provence, la musique qui s’échappe d’un oud, sous les doigts du compositeur Moneim Adwan, né en 1970 à Gaza. Ces premiers sons et ces premières images constituent le cauchemar des sots ou des salauds, qui craignent comme la peste le « grand remplacement » – invoqué dès que ces braves gens n’ont plus l’impression de se regarder dans un miroir face à autrui.