Olivier Mannoni : « Traduire “Mein Kampf” revient à porter un double poids »

Par Santiago Artozqui (En attendant Nadeau)

Olivier Mannoni a traduit en français l’autobiographie et le programme de Hitler, rassemblés sous le titre Historiciser le mal – Une édition critique de Mein Kampf, publié le 2 juin chez Fayard. Une réédition qui lorsqu’elle fut annoncée en 2011 fit polémique. Comment travaille-t-on neuf ans durant sur un texte « poisseux, immonde, mensonger, paranoïaque, violent… » ? « La rigueur des historiens a donné à mon propre travail une solidité. », répond le traducteur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Historiciser le mal - Une édition critique de Mein Kampf est paru chez Fayard le 2 juin. Avec pour auteurs deux universitaires, spécialistes de l’histoire du nazisme : l’Allemand Andreas Wirsching et le Français Florent Brayard. L’ouvrage contient une première partie autobiographique rédigée par Hitler et une seconde, plus théorique : son manifeste Mein Kampf. Le tout accompagné de notes, d’éclairages, d’explications, de contextualisations, de rectifications des mensonges assénés par celui qui deviendra le chancelier de l’Allemagne nazie. Accompagné aussi de moult précautions de diffusion : les clients devront le commander à leur libraire, un avertissement de l’éditeur apparaît sur toutes les pages que l’on peut feuilleter sur les plateformes comme Amazon et un prix de vente de 100 euros. Enfin, des droits sur chaque exemplaire vendu ainsi que tous les bénéfices éventuels seront reversés par les éditions Fayard à la Fondation Auschwitz-Birkenau, en Pologne.