Avis de tempête post-socialiste sur les conservatoires parisiens

La colère gronde dans les conservatoires de la capitale. En cause ? Une fâcheuse incompréhension, d'après la direction des affaires culturelles. La rouerie de la municipalité, selon bien des enseignants. Enquête sur un malaise révélateur.

La lecture des articles est réservée aux abonné·es. Se connecter

La musique endurcit les mœurs au faîte du pouvoir, s’il faut en croire ce qu’était devenu Claude-Debussy, le conservatoire du XVIIe arrondissement de Paris. Les témoignages recueillis par Mediapart en attestent : allant jusqu'à forcer la chargée de scolarité à trouver refuge à Camille-Saint-Saëns, dans le VIIIe arrondissement voisin, le directeur se livrait à ce que d'aucuns décrivent comme du harcèlement moral. « Que voulez-vous, c’est un danseur de formation : il ne connaît pas la musique », glisse tel instrumentiste. « C’est un habitué des conflits ayant déjà semé le trouble de Saint-Ouen au Ve arrondissement de la capitale en passant par Amiens », susurre une fonctionnaire de la ville. « C’est un manipulateur qui se pose en victime et traite d’homophobe toute personne qui lui résiste », confie une enseignante. Le tout anonymement et avec mille précautions, tant la crainte semble ruisseler dans un milieu tenu à la discrétion, où les postes sont chers, parfois précaires – tout le monde n’est pas titulaire – et souvent considérés comme menacés (cliquer ici pour prendre connaissance d'une circulaire officielle attentatoire à la liberté d’expression puisqu’elle interdit à quiconque de parler à la presse).

1€ pour 15 jours

Résiliable en ligne à tout moment

Je m’abonne

L’info part de là

Soutenez un journal 100% indépendant : sans subventions, sans publicités, sans actionnaires

Tirez votre information d’une source de confiance

Accédez en exclusivité aux révélations d’un journal d’investigation

Déjà abonné ?

Mot de passe oublié

Aujourd’hui sur Mediapart

Politique économique — Analyse
par Romaric Godin et Mathias Thépot
Amériques — Note de veille
par La rédaction de Mediapart et Agence France-Presse
Voir la Une du Journal

À ne pas manquer

Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond — Enquête
Le youtubeur Léo Grasset visé par une enquête préliminaire pour viol
Selon nos informations, une étudiante a déposé plainte à Paris. Elle accuse de « viol » le célèbre vulgarisateur scientifique et youtubeur, déjà visé par une enquête préliminaire pour « harcèlement sexuel ». De nouveaux témoignages font état de « problèmes de respect du consentement », mais également d’« emprise ».
par Sophie Boutboul et Lénaïg Bredoux
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Chronique
Affaire Perdriau : et à la fin, c’est la liberté d’informer qui l’emporte
Le tribunal judiciaire de Paris a décidé de mettre fin, mercredi 30 novembre, à douze jours d’une censure inédite visant Mediapart. La justice estime que l’avocat du maire de Saint-Etienne lui avait caché des informations essentielles. Mediapart publie l’intégralité de la décision.
par Fabrice Arfi
À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique — Enquête
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget
Violences sexistes et numérique : ça ne streame pas rond — Entretien
Sexisme : la streameuse Ultia porte plainte pour cyberharcèlement
La joueuse en ligne est régulièrement victime de campagnes de harcèlement sur les réseaux sociaux et les plateformes de diffusion, depuis qu’elle a dénoncé les propos sexistes d’un streamer. Elle en témoigne dans un entretien vidéo.
par Lénaïg Bredoux et Youmni Kezzouf