Leurs vies sont nos romans 3/3. Claude Cahun, l'insulaire magnifique

Par

Trois biographies, trois destins, trois œuvres, une traversée artistique et politique du XXe siècle. Après Louis Aragon et Boris Pasternak, voici Claude Cahun, dont Anne Egger reconstitue l'extraordinaire parcours.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Rencontrant Nizan seul dans un couloir, je plaidai la cause de Serge [Victor Serge – ndlr]. Puis je m’indignai des procès de Moscou et le mis au défi de les justifier. C’est alors qu’il me regarda ainsi… silencieusement… regardant aussi en lui-même. Je pus lire dans son regard direct la confiance en moi (je la méritais) : il me laissa entrevoir la profondeur d’angoisse de ses propres réflexions. (…) Je ne sais ce qu’a pensé Nizan en 1939, ce qu’il a dit à “ses amis” avant de partir pour le front… mais je m’en doute. » Lucie Schwob, dite Claude Cahun, écrit cela dans une lettre privée de 1950. Elle aussi d’ailleurs, à ce moment-là, cinq ans après la Libération, pourrait avoir des choses à dire « à ses amis ».