Philippe Forest en oracle de notre disparition qui vient

Par

Dans un roman hypnotique, Crue (Gallimard), Philippe Forest scrute l'époque, flaire les mutations, devine la catastrophe. À travers un narrateur recru mais aux aguets : « Chacun fait l'épreuve de voir disparaître ce qu'il aime. » Fantastique lecture pour tous…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Il existe mille et une façons de passer à côté d’un chef-d’œuvre. « Trop de duchesses et de comtesses », avait ainsi décrété Gide face à Du côté de chez Swann de Proust, en 1912. Aujourd'hui, confrontés à Crue (Gallimard) de Philippe Forest, d’aucuns pourraient rechigner : « Mais où veut-il en venir ? », oubliant qu'en cas de grand livre, c’est aussi aux lecteurs d’y aller…