Le sens Maspero

Par

Avec un titre se référant à Paysages humains, la fresque poétique de l'écrivain turc Nâzim Hikmet (1901-1963), une exposition du Musée de l'imprimerie de Lyon accompagnée d'un catalogue riche, stimulant, émouvant, font comprendre, tout en lui rendant hommage, François Maspero, né en 1932, libraire, éditeur, écrivain. François Maspero et les paysages humains condense ce moment de la conscience humaine que fut l'activité d'un éditeur indépendant, envers et contre tous durant puis après la guerre d'Algérie, comme l'avait été Charles Péguy lors de l'affaire Dreyfus. Contrairement à Péguy, François Maspero a survécu au tragique de l'histoire, fidèle à ses convictions, avec des principes inaltérés mais un for intérieur chahuté, qui fait de lui un écrivain juste et bon.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Exposition François Maspero: voilà un antonyme (à moins qu'il ne faille pointer une contradiction interne au processus). Exposer, selon le dictionnaire, c'est «disposer de manière à mettre en vue». Disposer de François Maspero relève du pari présomptueux. Le mettre en vue oblige à de subtiles et douloureuses négociations, avec un être qui oscille entre l'orgueil du travail bien fait et une humilité jamais feinte. François Maspero, libraire, éditeur, traducteur, écrivain connaît parfois la tentation de disparaître, comme l'océan s'est retiré d'une grande partie du globe, comme Dieu a déserté sa création.