Sándor Márai, écrivain chaman de l'Europe vacillante

Par
Sándor Márai voulait publier dans une Hongrie libre. Il est mort en 1989, loupant de peu la chute du Mur, et d'un peu plus la montée de l'extrême droite. Lui, antifasciste, anticommunisme d'occupation, merveilleux écrivain dont Albin Michel publie aujourd'hui La Sœur.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

« Tant qu'on me laissera écrire, je montrerai qu'il fut une époque où l'on croyait en la victoire de la morale sur les instincts, en la force de l'esprit et en sa capacité de maîtriser les pulsions meurtrières de la horde », écrivait Márai. Depuis 1990, le monde redécouvre cet homme qui sait en un récit fluide conjuguer sensualité, impressions, pensée.