Les premiers ouvrages consacrés au génocide des Tutsis rwandais ont été écrits par des chercheurs spécialistes de la région des grands lacs. Ensuite sont venus ceux de journalistes souvent marqués par leur expérience de reporters sur le terrain au printemps 1994. Plus récemment, des chercheurs qui n'étaient pas, au départ, africanistes se sont emparés de ce terrain d'études, en apprenant la langue locale, le kinyarwanda (voir le précédent volet de notre série).