«Cœur sacré», monologue intime d’utilité publique sur l’islam et nous

Par

Dans un petit théâtre de la rue de Charonne (Paris XIe), Tatiana Spivakova interprète, seule en scène, un texte d’une ambition achevée de Christelle Saez : Cœur sacré. Se trouver plutôt que se perdre dans l’Autre arabo-musulman…

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Ceux qui ont la chance de passer par Paris devraient y courir d’urgence. Les autres prendront leur mal en patience ; dans l’attente d’une reprise en quelque festival ou, à défaut, d’une publication du texte de la pièce.