Alain Cavalier et la mort du petit cheval

Par

Présentation à «Un Certain Regard» du nouveau film d'Alain Cavalier, Irène. Où le cinéaste persévère dans la voie initiée il y a une dizaine d'années: journal filmé en solitaire, cinéma de deuil, herbier d'images, collection de menus faits émouvants. La mort du petit cheval, encore et toujours. Beau et agaçant, Irène nous laisse avec une question qui ne date pas d'hier: pourquoi continue-t-on à faire comme si Alain Cavalier était le seul à inventer un cinéma devenu pourtant monnaie courante?

Cet article est en accès libre. Découvrez notre offre spéciale ! S'abonner

1. Il y a d'abord le retour d'un agacement ancien. A 16h30 lundi 18 mai, l'ambiance qui précède la projection du nouveau film d'Alain Cavalier, Irène, est lourde. Compassée. Tout respire la solennité, des mots de Thierry Frémaux à ceux des producteurs. L'œil levé vers les hauteurs de la salle, le cinéaste confie que certains édifices religieux devraient être jaloux de l'amphithéâtre Debussy. Malédiction! La messe est tombée un lundi, cette semaine.

 

 

Puis Cavalier se demande si ce grand objet – la salle – pourra harmonieusement se marier avec le petit objet – une caméra DV – avec lequel il a tourné Irène. Comme si la question était neuve, comme si elle n'était pas celle de tout le cinéma, aujourd'hui. Mais pourquoi diable? Pourquoi continue-t-on à faire comme si Cavalier avait inventé la DV et continuait à en avoir l'exclusive, alors que le numérique est désormais partout, de Pedro Costa à Francis Ford Coppola en passant, je ne sais pas, par les studios Pixar?

 

L'agacement qui revient est donc le suivant. S'il y a quelque chose d'admirable dans le parcours, la ténacité et la solitude assumée de Cavalier, il y a également une injustice à le voir acclamé, lui, avant même le lever de rideau, pour des prodiges qui sont à présent monnaie courante, et tant mieux: le journal filmé documentaire, l'auto-cinéma en numérique, l'herbier d'images, la ciné-lettre adressée au monde depuis ma cuisine, ma chambre, ma salle-de-bains...

Prolongez la lecture de Mediapart Accès illimité au Journal contribution libre au Club Profitez de notre offre spéciale