« L’esprit critique », la nouvelle émission culturelle de Mediapart

Par

Si vous doutez de la sincérité des médias quand ils parlent de films ou de livres produits par des maisons appartenant aux mêmes groupes qu’eux, si vous êtes agacés d’entendre la parole critique sur les œuvres monopolisée par les mêmes voix depuis trop longtemps, écoutez la nouvelle émission culturelle de Mediapart qui, pour son premier numéro, aborde trois films : « Le Genou d’Ahed » de Nadav Lapid, « Dune », réalisé par Denis Villeneuve, et « France » de Bruno Dumont.

Cet article est en accès libre. L’information nous protège ! Je m’abonne

L’OPA récemment annoncée de Vivendi sur Lagardère – et donc Hachette – n’a été que le dernier épisode en cours d’une concentration et d’une verticalisation inédites des industries culturelles privées – où de grands groupes se retrouvent à faire de la production audiovisuelle et à posséder des maisons d’édition, tout en assurant la promotion de livres et de films dans leurs journaux, radios et télés.

Cela dans un contexte plus général où l’espace critique ne cesse de se réduire sur le service public et où les mêmes voix confisquent depuis des années, voire des décennies, le jugement sur les œuvres.

Mediapart a donc décidé de s’appuyer sur son indépendance éditoriale et économique pour vous proposer une nouvelle émission radiophonique, « L’Esprit critique ».

Ce podcast hebdomadaire ambitionne, en rajeunissant, diversifiant et féminisant les voix qui le soutiennent, de renouveler le débat sur les films, livres, expositions et spectacles, sans réduire les échanges à l’affrontement surjoué de goûts subjectifs et surplombants, ou à un discours plaqué de l’extérieur sur les œuvres, mais en rendant compte des débats esthétiques et politiques qui ne cessent de traverser l’actualité culturelle.  

La première émission de la saison est consacrée au cinéma et nous mènera en 45 minutes top chrono des paysages arides de la vallée de l’Arava située entre Israël et la Jordanie, où le cinéaste israélien Nadav Lapid place l’action de son dernier film, Le Genou d’Ahed, à d’autres déserts plus sidérants et inquiétants encore, en l’occurrence ceux qui peuplent la nouvelle adaptation par le Canadien Denis Villeneuve de Dune, le fameux roman de science-fiction de Frank Herbert. Un parcours qui se conclura par la traversée d’autres lieux dévastés : ceux parcourus avec gourmandise par France, la journaliste incarnée par Léa Seydoux dans le film homonyme de Bruno Dumont, dans les salles depuis la fin du mois d’août.

Pour débuter les débats, trois critiques venues dans le studio de Mediapart et de Gong, notre partenaire sur ces enregistrements réalisés par Samuel Hirsch : Claire Diao, directrice de publication de la revue panafricaine de cinéma AWOTELEOccitane Lacurie, membre du comité de rédaction de la revue de cinéma Débordements, doctorante en esthétique et en études visuelles, et Salima Tenfiche, chercheuse en cinéma et chargée de cours à l’université Paris-Diderot.

L’équipe de « L’Esprit critique » cinéma : Claire Diao, Occitane Lacurie, Joseph Confavreux, Salima Tenfiche et Samuel Hirsch, réalisateur. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart L’équipe de « L’Esprit critique » cinéma : Claire Diao, Occitane Lacurie, Joseph Confavreux, Salima Tenfiche et Samuel Hirsch, réalisateur. © Photo Sébastien Calvet / Mediapart

Pas de mobilisation sans confiance
Pas de confiance sans vérité
Soutenez-nous