L’érudit et les Beatles

Par Pierre Tenne (En Attendant Nadeau)

Ouvrage classique consacré à la musique des Beatles, Revolution in the Head de Ian MacDonald est réédité en français. En dehors de ses apports toujours actuels, cette somme est l’occasion d’esquisser un état des lieux du dynamisme dont témoigne ce type de production sur les musiques populaires.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dans Les Mondes de l’art, Howard Becker s’arrête momentanément sur le traitement critique subi aux États-Unis par les quatre garçons dans le vent au plus fort de la Beatlesmania qui s’empara des années 1960. Le sociologue et jazzophile analyse ainsi la tendance des critiques (et la sienne) à supposer que la musique des Beatles, nécessairement irréfléchie, trahissait une absence de connaissances musicales forcément coupable. Son explication repose sur les tensions sociologiques entre la culture musicale savante et distinguée, et une culture populaire alors naissante – Bourdieu aurait certainement préféré les termes de culture légitime ou illégitime.