Sorj Chalandon, restituteur de tragédie

Par

Le Quatrième Mur (Grasset) de Sorj Chalandon est un roman tranchant comme un diamant, au sujet d'une chimère hallucinante : monter l'Antigone d'Anouilh à Beyrouth, en 1982, l'année de Sabra et Chatila...

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Sorj Chalandon, né en 1952, aujourd’hui chroniqueur au Canard enchaîné, fut journaliste à Libération de 1973 à 2007. Grand reporter nanti du prix Albert-Londres, il a longtemps caché des marécages de larmes sous une carapace de baroudeur. Parmi tant de guerres reniflées à travers le monde, parmi tant d’horreurs recensées, notamment sur le front irakien lors de l’offensive que Saddam Hussein mena contre l’Iran de 1980 à 1988, une plaie purulait dans sa mémoire : les massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila, dans la banlieue de Beyrouth, qu’il découvrit en septembre 1982, alors que le sang des victimes était encore frais.