«La chanson populaire ignore le sentiment d’injustice»

Par et

En prenant appui sur les chansons populaires en France, les universitaires Charles Ramond et Jeanne Proust questionnent la pertinence de la notion de « justice » pour porter des revendications de transformation de la société.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Les chansons que l’on sait tous fredonner, celles qui sont passées dans le patrimoine et la mémoire collectives, véhiculent des références, des préoccupations et des aspirations communes à une large partie de la population. Curieusement, les notions de « justice » et d’« injustice » sont pourtant rares, voire inexistantes dans ce répertoire.