Les contre-révolutions écologiques des droites dures

Par Zoé Carle

La catastrophe environnementale en cours et l’absurdité croissante de l’hégémonie productiviste entraînent des reconfigurations profondes dans le camp écologiste. Celui-ci est investi par des franges variées des droites dures qui s’appuient sur des éléments critiques empruntés à la gauche anticapitaliste (décroissance, critique de la technique et du progrès…), tout en puisant dans l’histoire des liaisons dangereuses entre la nature et le fascisme. Une enquête du n°8 de la Revue du Crieur qui vient de paraître.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Dreadlocks, sarouel et voix douce, Nicolas Fabre, jeune permaculteur, colle parfaitement au cliché du militant alternatif ayant quitté une vie urbaine confortable pour plonger ses mains dans la terre et redécouvrir la valeur des « vraies» choses. Il décrit son parcours et prodigue des conseils pratiques dans des vidéos sur Youtube, qui passent sans transition de conseils sur la construction d’abris en bois à… une interview d’Alain Soral. Le conférencier d’extrême droite, fondateur de l’un des sites politiques les plus consultés de France, Égalité et Réconciliation, y explique les raisons profondes du malaise d’une société française ayant sacrifié ses paysans à ses traders.