Vieillir, dit-elle

Par

Les femmes et l’âge : Martine Boyer-Weinmann explore le sujet à travers la littérature, le dit des non-dits. De la gravité parfois, de la sensualité souvent, du frontal, de l’humour, du décapant, du désespéré, du clinique. Le subtil roman de Catherine Cusset, Indigo, sur fond d'Inde en tension, aurait pu figurer dans Vieillir, dit-elle. Toniques !

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

C’était il y a quelques semaines, dans M, l’hebdomadaire que publie Le Monde. À la rubrique « Icône », qui salue le style de tel ou telle personnalité, panoplie shopping à l’appui, on pouvait lire que l’actrice Anne Bancroft, avait marqué les esprits par son interprétation d’une « psychopathe » dans Le Lauréat,  film de Mike Nichols. Allons bon. Mais qu’avait donc fait Mrs Robinson, chantée par Simon and Garfunkel (« God bless you, Mrs Robinson ! »), pour mériter un diagnostic aussi écrasant ? Hormis, sans s’arrêter à la différence d’âge, et avec style en effet, séduire un diplômé tout neuf (qui sans elle aurait sans doute passé un été morose sur matelas pneumatique) ? Vérification faite, en outre, Anne Bancroft avait atteint l’âge canonique de 36 ans au moment où elle interprétait cette femme d'« âge mur », et le tendron supposé, Dustin Hoffman, en avait trente. Sans doute le côté balzacien du Nouvel Hollywood (et de M).