Pagano invente la langue de l’eau

Par Jeanne Bacharach (En attendant Nadeau)

Emmanuelle Pagano termine son exploration des rives par celles de l’Atlantique et d’un étang nommé Caspienne. Aux manettes d’un sous-marin, David Gareau entame une ultime remontée à la surface de l’océan, pendant qu’un pêcheur observe la lente vidange de l’étang. Et l’eau devient un motif romanesque et poétique illimité.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Depuis Ligne & Fils (2015), premier tome de cette formidable « Trilogie des rives » où l’on suivait, le long de deux rivières, l’histoire d’une lignée ardéchoise liée au travail de la soie, jusqu’à Serez-vous des nôtres ? en passant par Saufs Riverains (2017), Emmanuelle Pagano, à la manière d’une archéologue des océans, des étangs et des rivières, exhume de l’eau les itinéraires d’hommes et de femmes, les souvenirs et les secrets de famille. Ce mouvement du dedans vers le dehors, des dessous aux dessus, des profondeurs à la surface, anime jusque dans ses moindres détails et recoins Serez-vous des nôtres ? et s’articule avec grâce à l’ensemble de la trilogie.