Tofu, saké et autres gourmandises dessinées

Par Corinna Gepner (En Attendant Nadeau)

Quatre tomes d’un manga, autour d’un argument mince en apparence : l’histoire d’une de ces gargotes ouvertes toute la nuit qui accueillent une clientèle des plus diverses. Dans La Cantine de minuit, de Yarô Abe, chaque histoire se noue autour d’une nuit et d’un plat. Succulent.

 

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Chaque plat (Wiener rouges, saucisses de poisson, tomates fraîches, riz au beurre, salade de vermicelles…) résulte d’une demande de la part d’un client. En entrant (l’ouverture de la porte, accompagnée d’une onomatopée, fait office de facteur déclenchant), celui-ci formule ses desiderata et le patron, qui s’est engagé à préparer tout ce qu’on lui demande à condition d’avoir les ingrédients nécessaires, s’exécute de fort bonne grâce.