Abel Ferrara : « Jamais je ne jugerai Pasolini ou DSK »

Par

Le cinéaste américain est récemment allé à la rencontre d'étudiants en cinéma. Au Café des Images d'Hérouville-Saint-Clair, à l'Université de Caen puis à Nantes, Abel Ferrara a évoqué sa passion pour Pier Paolo Pasolini et est revenu sur Welcome to New York, Dominique Strauss-Kahn et Gérard Depardieu… Il a parlé de « son » acteur, Willem Dafoe, raconté sa conversion au bouddhisme et le trajet d'une œuvre qui, longtemps dominée par les ténèbres, se tourne à présent vers la lumière.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Abel Ferrara était il y a quelques semaines au Café des Images d'Hérouville-Saint-Clair pour une master class, à l'Université de Caen Basse-Normandie pour une rencontre avec les étudiants, ainsi qu'au Stéréolux de Nantes. Avant de rendre compte de son nouveau film, Pasolini (sortie le 31 décembre), Mediapart a tiré de ces échanges la matière d'une conversation exceptionnelle.