Paul Sanfourche: «Le sexisme est utile à la téléréalité»

Par

Le journaliste Paul Sanfourche retrace dans un livre intitulé Sexisme story l’histoire de Loana, la première gagnante de « Loft Story », en 2001, à l’aune du sexisme et du patriarcat dont elle a été la première victime. Depuis, le système sexiste a perduré dans la téléréalité et il est dénoncé par des candidates. Décryptage.

La lecture des articles est réservée aux abonnés.

Elle reste la première icône de la téléréalité en France. Loana Petrucciani a gagné, en 2001, la première édition de « Loft Story », émission qui a ouvert la brèche de cette télé qui prétend raconter le réel (lire l’article de François Bougon). Vingt ans plus tard, les programmes en tout genre se sont multipliés. Le journaliste Paul Sanfourche, qui avait suivi adolescent les aventures télévisuelles de ces premiers cobayes de la téléréalité française, a décidé de revenir sur le cas précis de Loana et en a tiré un livre, baptisé Sexisme story (éditions du Seuil). Au-delà du seul destin mâtiné de tragique de l’ex-lofteuse, le journaliste, via des entretiens avec les acteurs de l’époque et des ressources universitaires, dissèque avec précision les rouages de cette industrie et ceux de la société de production, Endemol.