Espace de travail. Simplifier le code du travail? Oui, mais en mieux

Avant le débat en direct (vendredi 25 à 19 h 00), Mediapart a interrogé le juriste Emmanuel Dockès. Fervent détracteur des propositions du rapport Combrexelle, remis début septembre au premier ministre, le chercheur assume la possibilité d'un code du travail simplifié mais plus protecteur. 

Cet article est en accès libre.

Pour soutenir Mediapart je m’abonne

© Mediapart
PDF

Une autre critique du code du travail est-elle possible ? C’est, en substance, la question posée à Emmanuel Dockès dans ce nouvel Espace de travail. Un thème que Mediapart creusera vendredi soir en direct.

Professeur de droit à l’université Paris-Ouest, Emmanuel Dockès dénonce avec force l’inflation de textes législatifs sur le travail, mais récuse l'argument d'une simplification forcément salvatrice. « L’idée selon laquelle le code du travail est trop épais et incompréhensible est banale, très largement partagée et j'y souscris sans peine. C’est le véhicule de protection des salariés, mais c’est aussi un magma de textes qui n’ont rien à y faire… Donc oui, il mérite d’être simplifié. Mais pas pour en amoindrir la portée ou rabaisser des droits sociaux. »

Le code, déformé par une communication politique gourmande sur le plan législatif (une annonce, une loi), aurait été également complexifié à l'envie, « parce que pour masquer des reculs, on noie le poisson dans des textes compliqués. Ainsi du bon exemple de la loi Macron… ».

Le resserrement de la loi autour de quelques lignes fortes, les cinquante « principes fondamentaux » énumérés par les juristes Robert Badinter et Antoine Lyon-Caen ou les grandes règles « relevant de l’ordre public du rapport », est une idée « dangereuse », qui cacherait tout ce que l’on perd « en creux » : le plafonnement du temps de travail et donc la rémunération des 35 heures, la durée minimum de congés payés, le salaire minimum, etc.

La proposition de valoriser les autres sources de production du droit que sont les accords de branche ou la négociation, présentée comme le seul horizon valable (le plus moderne et le plus adapté à une situation économique instable), ne convainc pas non plus le juriste. Emmanuel Dockès rappelle l’évidence d’une nécessité de la négociation collective, mais également ses limites. « Les droits sociaux acquis le seront toujours dans un cadre fixé par le patronat et donc par nature de portée limitée. »

Confiant dans la capacité du code actuel à répondre aux défis d’un monde du travail de plus en plus morcelé et soumis à la pression induite par les nouvelles technologies numériques, Emmanuel Dockès admet cependant que les contre-discours peinent à s’imposer sur la scène médiatique et politique. La faute, selon lui, à un système d’expertise universitaire gangrené par les financements patronaux, et à un milieu syndical de plus en plus dépouillé juridiquement. 


Espace de travail

Espace de travail
par Khedidja Zerouali
Espace de travail
par Dan Israel
Espace de travail
par Dan Israel

À la Une de Mediapart

Climat — Reportage
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule : « Beaucoup de travail et de questions »
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou
Écologie
Le gouvernement rate l’épreuve du feu
Le début du second quinquennat Macron n’aura même pas fait illusion sur ses intentions écologiques. Depuis le début de cet été catastrophique – canicules, feux, sécheresse –, les ministres s’en tiennent à des déclarations superficielles, évitant de s’attaquer aux causes premières des dérèglements climatiques et de l’assèchement des sols.
par Mickaël Correia et Amélie Poinssot
Liberté d'expression — Analyse
Un retour sur l’affaire Rushdie
Alors que Salman Rushdie a été grièvement blessé vendredi 12 août, nous republions l’analyse de Christian Salmon mise en ligne en 2019 à l’occasion des trente ans de l’affaire Rushdie, lorsque l’ayatollah Khomeiny condamna à mort l’écrivain coupable d’avoir écrit un roman qu’il jugeait blasphématoire. Ce fut l’acte inaugural d’une affaire planétaire, sous laquelle le roman a été enseveli.
par Christian Salmon
États-Unis — Note de veille
L’écrivain Salman Rushdie poignardé
Salman Rushdie se trouvait sous assistance respiratoire, après avoir été poignardé le 12 août, alors qu’il s’apprêtait à prendre la parole sur une scène de l’État de New York. De premiers éléments sur le profil de l’agresseur témoignent d’une admiration pour le régime iranien.
par La rédaction de Mediapart

Soutenez un journal 100% indépendant Et informez-vous en toute confiance grâce à une rédaction libre de toutes pressions Mediapart est un quotidien d’information indépendant lancé en 2008, lu par plus de 200 000 abonnés. Il s’est imposé par ses scoops, investigations, reportages et analyses de l’actualité qui ont un impact, aident à penser et à agir.
Pour garantir la liberté de notre rédaction, sans compromis ni renoncement, nous avons fait le choix d’une indépendance radicale. Mediapart ne reçoit aucune aide ni de puissance publique, ni de mécène privé, et ne vit que du soutien de ses lecteurs.
Pour nous soutenir, abonnez-vous à partir de 1€.

Je m’abonne